Les animaux d’Australie

Photo : Quand on s’approche trop, la nature est belle et dangereuse…
C’est une argiope, sous des plantes au Jardin botanique de Sydney (Australie, février 2019).

 

Avant d’arriver en Australie, échaudés par les aventures du Grand Lièvre au Sri Lanka, nous avons bien prévenu les babi (c’est surtout le job de papa Écureuil) : attention, les animaux sont DANGEREUX en Australie ! Les méduses, les crocodiles, les requins, on va pouvoir les éviter, mais il reste les serpents et les araignées. Ne sortez pas des chemins, regardez où vous marchez, vérifiez les toilettes publiques quand vous entrez, et autres recommandations maintes fois répétées.

Voici l’article que j’ai trouvé sur Internet et qui a totalement fasciné les garçons. Le Grand Lièvre l’a lu et relu à son petit frère, et ils veulent absolument vous le faire partager :
https://fr.yummypets.com/mag/2015/10/05/30465/ani

Néanmoins, l’Australie est un pays rêvé pour tous les amoureux d’animaux étonnants qu’on ne peut voir nulle part ailleurs.

 
Les animaux endémiques de l’Australie 

Koalas

Les koalas ne font pas partie de la famille des ours mais des marsupiaux. Vous découvrirez plein d’informations ébouriffantes sur les koalas ici, et encore quelques photos par là.

 

Un des nombreux koalas qui vivent dans les eucalyptus de Raymond Island, à la pointe sud-est de l’Australie.

 

Kangourous & wallabies

Savez-vous que le petit du kangourou – qu’on appelle le « joey » – naît alors qu’il n’est encore qu’une minuscule graine et que c’est dans la poche maternelle que le fœtus se développe ?
Apprenez-en davantage sur les kangourous ici, et plein de photos ici et .

 

En arrivant à notre campement de Burnett Heads, à 400 km au nord de Brisbane. C’était une joie de retrouver les kangourous, au début de notre deuxième road trip en Australie !

 

Moins bignon, avec une sorte de grosse tête de rat, c’est le dendrolague, autrement appelé « kangourou des arbres ». Jamais vu en pleine nature, seulement au Taronga Zoo de Sydney… car ces marsupiaux arboricoles vivent dans les régions montagneuses à l’extrême nord-est de l’Australie.

 

Dingos

Les dingos sont des chiens sauvages, un mélange de chien et de loup (en roux). Nous avons vu des dingos lors de notre premier road trip en Australie, à Potoroo Palace, un parc qui recueille et soigne les animaux blessés ou malades.
La barrière à dingos est connue pour être la plus longue clôture construite au monde : 5 320 kilomètres qui protègent les populations du sud-est de l’Australie des attaques des dingos qui vivent dans le Red Centre.
La clôture en grillage a une hauteur de 1,80 m et s’enfonce sur 30 cm sous terre. 

 

Wombats

Le wombat est le nouvel animal chouchou du Marcass’. Photo (sombre) ici.
Le wombat passe une grande partie de sa journée à dormir dans son terrier sous les arbres car c’est un animal nocturne. Armé de puissantes griffes (et de narines poilues), il peut creuser des terriers de cinq mètres de long.
Comme les kangourous, les wombats sont des marsupiaux et font grandir leurs petits dans une poche ventrale.

 

Opossums

Les opossums sont aussi des marsupiaux nocturnes omnivores, dont la taille varie de 10 à 40 cm suivant les espèces. Ils vivent cachés dans un trou d’arbre la journée et sortent à la nuit tombée pour chercher leur nourriture. J’étais étonnée de la force et de l’épaisseur de leur queue, puis j’ai appris qu’elle leur sert à se suspendre aux branches, la tête en bas.

 

Un opossum rencontré à la tombée de la nuit dans notre campement de MacKay.

 

L’opossum n’est pas un animal domestique, mais il se laisse facilement approcher et caresser. Ici par le Marcass’…

 

Diables de Tasmanie

Comme son nom l’indique, le diable de Tasmanie vit exclusivement sur l’île de Tasmanie, au sud de l’Australie. C’est un marsupial carnivore avec des dents bien aiguisées et une mâchoire si puissante qu’il peut même mordre à travers les os. Selon la légende, son nom lui aurait été donné par les premiers colons européens qui étaient hantés par ses cris stridents.

 

Quokkas

Peu connu, le quokka est un petit marsupial nocturne. De petite taille (40 à 50 cm), il ne fronce jamais les sourcils et conserve donc toute sa fourrure. Il est très sociable, n’entre jamais en conflit avec ses congénères, et affiche toujours un petit sourire qui lui vaut la réputation d’animal « le plus souriant du monde ».

 

Un quokka au Taronga Zoo de Sydney.

 

Potorous

Le potorou est un autre petit marsupial, de la famille qu’on appelle « les rats-marsupiaux ». Il est encore plus petit qu’un quokka, à peu près de la taille d’un petit lapin.

 

Des potorous à Potoroo Palace, le refuge pour animaux dont il est l’emblème.

 

Échidnés

L’échidné est, avec l’ornithorynque, la seule espèce animale de l’ordre des monotrèmes. Monotrème, une bonne question pour le jeu des mille euros, a dit le Grand Lièvre !
Le terme « monotrème » caractérise les animaux qui sont à la fois ovipares et mammifères. C’est-à-dire qu’ils pondent des œufs mais allaitent leurs petits en produisant du lait par les glandes mammaires.

L’échidné ressemble un peu à un hérisson, avec son corps couvert de fourrure et de piquants. Il peut aussi se rouler en boule pour échapper à ses prédateurs. Il n’a pas de dents, mais une longue langue collante grâce à laquelle il se nourrit de fourmis et de termites.
Il existe trois espèces d’échidnés à nez long et une seule espèce d’échidné à nez court : c’est celui que vous voyez sur la photo (donc là non, son nez n’est pas long !).

 

On a eu une chance folle d’apercevoir un échidné sur Raymond Island qui est plutôt l’île des koalas ! C’est moi qui l’ai v et j’aime qu’il ait plein de piquants pour se défendre, donc j’éprouve une petite joie intérieure quand je regarde cette photo…

 

Ornithorynques

L’ornithorynque est, avec les quatre espèces d’échidnés, le seul animal de l’ordre des monotrèmes. Déjà monotrème, c’est ouf, mais en plus avec son bec de canard, sa queue plate de castor et ses pattes palmées de loutre, l’ornithorynque est l’animal le plus bizarre que l’on puisse rencontrer ! Il vit uniquement dans l’est de l’Australie et en Tasmanie où il passe la majorité de son temps dans l’eau (c’est un très bon nageur).

Notre platypus expedition en pleine nature dans le Parc National Eungella a coûté une blinde et fut un fiasco. Sous la pluie. Je vois l’eau qui tombe, l’eau qui tombe, l’eau qui tombe… Autant dire qu’on n’a rien vu. Un bout de bec de canard, vite fait. Si on veut. Jugez par vous-même avec les photos de Papa Écureuil ici.

C’est donc avec le regret de ne les voir en vrai qu’au zoo de Sydney, mais aussi, forcément, avec une grande curiosité, que les babi et Papa Écureuil se sont agglutinés devant les vitres de l’aquarium pour observer ce drôle d’animal… et vous faire partager une petite vidéo !
Nous avons surtout été surpris par sa petite taille : l’ornithorynque ne mesure pas plus de 30 cm, c’est très loin de la corpulence des gros ragondins du parc à côté de chez nous !

 

 

 

Grenouilles vertes d’Australie

J’ai pas de tendresse particulière pour les grenouilles, qu’elles aient ou pas des manières.
Néanmoins j’ai dormi un peu plus tard pour cette inespérée et timide grenouille verte d’Australie (c’est son nom), que j’ai croisée une nuit à MacKay, devant la porte des toilettes et douches de notre campement. Je voulais lui rendre hommage, ce sera la seconde fois.

Son nom scientifique est la rainette de White. Elle aime l’humidité – c’est pour ça qu’on la voit souvent près des points d’eau – et elle vit principalement dans les forêts du nord-est de l’Australie.

 

Elle restait parfaitement immobile et la couleur verte est tellement fluo… on dirait une tirelire, non ?
 
Les reptiles

Si vous vous intéressez à tout ce qui est serpents, iguanes, lézards, tortues, et autres animaux à sang froid, surtout les crocodiles, vous trouverez votre bonheur auprès d’un Grand Lièvre ici.

 

Mais même quand tu swimmes pas, parfois ce sont eux qui viennent à toi
 
Les oiseaux

Émeus

Endémique de l’Australie, l’émeu est aussi l’oiseau emblématique du pays, présent sur certains blasons et pièces de monnaie.
C’est l’un des plus gros oiseaux du monde : il mesure près de deux mètres de haut et pèse 50 kg. Mais, comme sa cousine l’autruche, ses petites ailes ne sont pas adaptées pour voler. En revanche, ses grandes pattes très musclées lui permettent de parcourir de longues distances à une vitesse moyenne de 50 km/h. Daz coo.

 

À Potoroo Palace, le Grand Lièvre a caressé un émeu. C’est doux.

 

Paons bleus

Les paons se baladent en liberté dans les campements en Australie.
Le mâle est facilement reconnaissable à son plumage, sa huppe et sa traîne (et son cri strident !). Il mesure 90 à 110 cm sans sa queue, atteignant 3 mètres avec sa queue. La femelle est plus petite, ses couleurs sont plus ternes, et elle n’a pas de traîne car seul le mâle fait la roue pour attirer une partenaire potentielle…

 

Dans un campement. Autre photo (meilleure et plus près) ici.

 

Perruches

Des perruches et des perroquets, il y en a à la pelle en Australie, et de toutes les couleurs : loriquets, perruche d’Alexandra ou perruche princesse de Galles, rosellas de toute sortes d’espèces différentes selon les régions, les climats, les écosystèmes…

 

Loriquets arc-en-ciel ou à tête bleue, juste devant notre campervan. C’était tout au début de notre premier road trip en Australie, juste après qu’on a aperçu nos premiers kangourous, et même moi j’étais émerveillée par les couleurs de ces oiseaux !

 

Loriquet vert au campement de Kennett River, sur la côte sud-est.

 

Rosellas de l’Est, pendant une balade en forêt autour de Kennett River. On voit bien qu’ils n’ont peur de rien, c’est le moins qu’on puisse dire, et moi j’ai pas du tout aimé parce que je préfère voir les oiseaux de loin. J’aime pas trop les oiseaux, en fait.

 

Cacatoès à huppe jaune

C’est l’un des plus grands et des plus répandus cacatoès australiens. On en a vu aussi bien sur la côte sud-est que sur la côte nord-est. Ces oiseaux vivent en couple et sont particulièrement bruyants (même tout seuls…).

 

J’ai assuré ma photo. Et pourtant j’étais pas tranquille parce que c’était encore à Kennett River, et j’avais peur de me faire agresser par les perruches qui piaillaient derrière moi pendant que je prenais la photo…

 

Kookaburras (ou martins-chasseurs géants)

Le kookaburra est le plus grand martin-pêcheur du monde, et un oiseau sacré dans la culture aborigène. Selon la légende, il aurait créé le soleil. Son chant particulier ressemble à un rire rauque, très communicatif pour ses congénères qui se mettent à rire aussi. Le nom complet australien est d’ailleurs laughing kookaburra, le kookaburra qui rit.

 

Sur les cordes à linge devant les douches du campement de Yeppoon.

 

La première fois qu’on l’a entendu dans un campement, on s’est regardés, interloqués, et on s’est demandé : nan mais y’a des singes ou quoi en Australie ??
Et le rire du kookaburra le matin au réveil est vite devenu un petit bonheur de la vie dans le camion. Le début d’une nouvelle aube. Juste avant le café.
Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager…

 

 

 

Podarges gris (tawny frogmouth)

Le podarge gris est une espèce de chouette endémique de l’Australie. Il vit en couple pour toute la vie, et les deux parents couvent les petits.

 

À Potoroo Palace, où ils avaient beaucoup d’espace. Les podarges gris vivent en couple, collés l’un à l’autre. J’ai bien aimé.

 

Chauve-souris

Il y a plein de chauve-souris en Australie. Certaines espèces peuvent mesurer jusqu’à deux mètres d’envergure ailes déployées !
Nous en avons vu par milliers à Noosa, au nord de Brisbane, s’envoler le soir vers un ailleurs inconnu. Et puis à Sydney, au cœur de la ville, au-dessus des trottoirs et jusque dans l’arbre qui ombrageait le petit balcon de notre appartement, à deux mètres de nous.

 

Au Jardin botanique de Sydney, une chauve-souris suspendue, avant le grand départ du soir…

 

Outardes d’Australie

L’outarde d’Australie est un oiseau chelou, qui vole un peu mais pas trop, qui est surtout terrestre en fait, et marche la tête haute sur ses pattes hyper fines. Vue dans un campement. Grâce à un Australien passionné et hyper gentil, avide de nous montrer.
L’outarde d’Australie ne se reproduit qu’une fois par an et ne construit pas de nid. Elle dépose ses œufs en grattant au sol, au milieu de touffes d’herbes.

 

Outarde d’Australie en train de couver ses œufs, à côté d’un emplacement de camping à MacKay.

 

Ibis d’Australie

L’ibis d’Australie vit en grandes bandes. On en a vu surtout à Sydney, dans tous les parcs de la ville, c’est un peu l’équivalent du pigeon parisien ! Il n’a pas besoin d’autant d’eau que les autres ibis et se nourrit essentiellement d’insectes comme les sauterelles.

 

Un des nombreux ibis d’Australie qui peuplent le Jardin botanique de Sydney.

 

Cassicans flûteurs (australian magpies)

Le cassican flûteur est un peu la pie australienne. Le printemps (septembre, octobre, novembre) est la saison des problèmes entre humains et cassicans dans toute l’Australie car les mâles deviennent agressifs au moment de la reproduction et plongent pour attaquer toute personne (généralement les cyclistes) qui passe à proximité de leur nid.
Le magpie est la mascotte de plusieurs célèbres équipes sportives australiennes.

 

À Narooma, au détour d’un chemin.

 

Mouettes argentées

La mouette argentée est plus agressive que la mouette de chez nous. Moi je trouve qu’elle fait flipper, au sens ornitho-hitchcockien du terme… C’est une mouette très répandue en Australie, qu’on a beaucoup vue sur les plages de Nouvelle-Zélande aussi.
Elle se nourrit de vers, poissons, insectes et crustacés, mais aussi des bébés des tortues de mer, voire d’autres animaux morts. Elle a faim quoi…

 

Une mouette argentée à Bulli, au sud de Sydney.

 

Pélicans

Les pélicans sont de grands oiseaux aquatiques, de 1 à 3 mètres d’envergure, qu’on reconnaît très facilement à leur grand bec qui s’ouvre en une large poche extensible.
Ils nichent en colonies et constituent des sortes de crèches où ils regroupent tous les petits. Ils vivent ensemble, pêchent ensemble, se reposent ensemble et volent ensemble.

Les pélicans c’est l’évolution des mouettes, ont dit les babi.
[Le concept d’« évolution », que les babi appliquent à tous les animaux qu’on rencontre, j’ai le regret de dire qu’il vient des Pokémon. L’« évolution », c’est quand les Pokémon deviennent plus forts, plus gros, et qu’ils changent de nom. C’est l’idée…]

Sinon, des photos de pélicans, j’en ai plein. Pas que j’ai prises moi, voyez. Voilà.
Donc j’ai fait un choix. Mais si vous voulez voir des pélicans qui pêchent ensemble, c’est ici.

 

J’ai choisi cette photo de pélicans à Bendalong Beach parce que je trouve qu’on les voit bien…

 

… mais papa Écureuil a dit : « Mets celle-là aussi. J’aime bien les voir voler. Ils volent en rase-motte, je trouve ça intéressant. ». En rase-motte.

 

Cormorans de Tasmanie

Bien sûr il y a des cormorans en France. Mais là c’est pas pareil, ce sont des cormorans de Tasmanie. Je ne sais pas si vous savez mais le cormoran plonge complètement dans l’eau pour pêcher, ensuite il remonte et il sèche ses ailes au soleil. Et papa Écureuil trouve ça génial. Voici donc le retour du cormoran.

 

Un cormoran qui sèche, à Christies Beach au sud d’Adélaïde. J’ai aussi les photos d’avant : le guet, la pêche, le re-guêt, la re-pêche et tout, mais bon. Faut pas déconner.

 

 

Et quelques autres oiseaux vite fait en photo, parce que là vraiment j’en peux plus. Des oiseaux.

 

Un faisan doré à Potoroo Palace.

 

Pigeons à crête d’Australie, devant notre campervan dans un campement. J’aime bien le côté punk…

 

Un méliphage bruyant mais mignon (noisy miner en anglais) au Jardin botanique de Sydney.

 

Un talégalle de Latham, une sorte de dindon pas beau à queue, au Jardin botanique de Sydney.

 

Un cygne noir sur le lac entre Paynesville et Raymond Island, l’île des koalas.

 

 

Et puis l’Australie, tout immense que soit le pays, ça reste une île avec plus de 25 000 km de côtes, donc il y a des animaux de la mer : requins, dauphins, baleines, pingouins, otaries, raies manta, méduses et j’en passe…

 

L’otarie blessée qu’on a trouvée sur la plage de Kennett River, en descendant la Great Ocean Road.

 

*****

 

Garance : Je préfère les kangourous parce que j’aime les regarder faire des bonds et qu’ils sont doux. Savez-vous comment on appelle les bébés des marsupiaux ?

 

Lucien : Mon animal préféré, si on compte pas les reptiles, c’est l’échidné. Connaissez-vous la famille des monotrèmes ?

 

Marcel : Moi, de tous les animaux d’Australie, je préfère le wombat. Mais j’ai déjà vu aussi un koala marcher par terre, et c’est très rare.

 

Et vous, quel est l’animal d’Australie que vous auriez le plus envie de voir ?