Paye ta question #1 (janvier 2023)

Photo : Arnaud & Maud party (septembre 2022).

 

C’est une photo de moi. Pas facile facile… mais ça fait partie des choses que j’ai décidé de continuer à travailler cette année dans cet immense chantier qu’est la légèreté.
M’affranchir de l’image que je renvoie. De ce que les autres vont penser. Critiquer. Désapprouver.
Bon comme c’est la première, je triche un peu. Je choisis une que j’aime bien, les yeux fermés, maquillée, perruquée, chapeautée… Cachée. C’est le temps de m’exercer. La prochaine fois, je vous en mettrai une autre. Pas forcément une moche hein, je vais y aller tranquille à mon rythme si vous voulez bien, mais une qui sort de la vie en vrai.

Car oui : il y aura une prochaine fois. Oui, cet article inaugure un nouveau rendez-vous du mois. Nouveau rendez-vous, nouveau format (court !), dans la catégorie la plus personnelle de mon blog qui s’appelle Ma chambre à moi, que j’aime beaucoup mais que je délaisse faute de temps.

Il s’agit de partager avec vous une question, que vous emmenez ensuite dans la poche arrière de votre jean (au moins je sais qu’elle vous collera Continuer la lecture de « Paye ta question #1 (janvier 2023) »

La B.O. des newsletters de Let’s go : 2022

Street art, by Miss.Tic.

 

Bien sûr vous l’attendiez, vous n’attendiez que ça… et la voici : ma B.O. des newsletters 2022 !
Si vous n’êtes pas encore abonné·e, il suffit de remplir le cadre avec votre prénom et votre adresse mail tout en haut de la barre de droite sur l’écran de votre ordi, ou à la fin de l’article si vous lisez le blog sur votre téléphone portable.
La newsletter vous offre du contenu supplémentaire et vous permet de ne pas rater un article.
Vous retrouvez l’ensemble de ces newsletters (sauf la dernière en date) sous l’onglet « Newsletters 2022 » dans le menu principal.

Et comme chaque année, je publie la playlist de mes newsletters de l’année écoulée.
Comme chaque année aussi, je l’illustre en couverture par une œuvre de street art de Miss.Tic. J’y tiens particulièrement cette année, comme un hommage, puisque l’artiste est morte le 22 mai dernier. Je vous en avais parlé en préambule de mon article Ta fille est un objet sexuel.

Refuser les yeux ouverts ce que d’autres acceptent les yeux fermés, c’est ce à quoi je Continuer la lecture de « La B.O. des newsletters de Let’s go : 2022 »

Bonne année 2023 !

 

Bonne année les amis !

 

On n’est que le 15, franchement ça vaaaaa ! Alors pour 2023, on se souhaite quoi ?
Hier soir, mon pote Arnaud m’a dit :

– Bonne année Audrey ! 2023, c’est l’année où tu as tous les droits…

J’ai kiffé. C’est donc ce que je vous souhaite à vous aussi. À toi – sinon avec vous ça rime pas.
2023, l’année où tu feras ce que tu voudras. Tu vois ?

De mon côté, je veux commencer l’année dans la joie et la légèreté – bon pour l’instant j’avoue que je me l’arrache un peu, rapport à la grippe de tout le mois de décembre qui a décidé de m’achever en janvier avec une toux démente qui m’a écrasé le diaphragme, possiblement décollé le poumon de la plèvre, et enfermée dans ma propre cage thoracique. Flu of a bitch.
Mais.
Après que j’ai perdu ma voix puis retrouvé des cordes vocales fêlées, graves et incertaines, je suis allée puiser dans l’énergie vibrante de Calypso Rose. Et c’est elle qui m’a apporté la lumière tout à coup. Alors que je me sentais si lourde et empêchée dans mon corps, alors que j’étais traversée de douleurs vives entre le dos et la poitrine et que je ne pouvais plus courir (et ça c’est GRAAAVE), c’est en écoutant Calypso Rose que m’est apparue l’intention avec laquelle je veux vivre les douze prochains mois.

Continuer la lecture de « Bonne année 2023 ! »

S’il n’en restait qu’un(e) # décembre 2022

Photo : Mon arbre de décembre. C’est moi qui l’ai vu, de loin, tout nu, lors d’une balade de Noël en forêt autour d’Annecy (25 décembre 2022).

 

Au début du mois, j’ai lu sur un blog :

Gratitude pour la reprise des jeux de société en famille le dimanche après-midi, avec une provision de M&M’s à grignoter et la cheminée qui ronronne !

J’en suis restée comme deux ronds de flan, comme disait ma grand-mère maternelle, parce que personnellement les jeux de société le dimanche et la cheminée blabla, c’est tout ce que je déteste ! Les décos de Noël, boules, guirlandes, bonhommes de neige, traîneaux, le vieux Père-Noël, et pourquoi il est toujours gros ? a demandé le Marcass’ (9 ans), ça me fait chier.

Moi tout ce que je vois en décembre, c’est le froid. Et la nuit. La nuit le matin quand mes enfants partent à l’école, la nuit quand ils rentrent. Pas du centre de loisirs tard après l’école, non, quand ils rentrent direct de l’école à 16h30. Partout la nuit. La tristesse, le froid, la maladie. J’ai pété un thermomètre entre mes fesses s’te plaît. À l’équerre, au début du mois. True story.
Et dans ce froid, mon four me lâche. Il fait tout sauter dans la maison, puis il s’autodétruit. Terminé, salut. Plus de four.

Heureusement que je sais m’échapper. M’ouvrir des portes secrètes dans ma Continuer la lecture de « S’il n’en restait qu’un(e) # décembre 2022 »

Tu fais quoi toi, quand t’es triste ?

Illustration de Gomargu.

 

Comme chaque année, l’entrée dans l’hiver avant que ce ne soit vraiment l’hiver, les feuilles qui meurent, le ciel bas et le changement d’heure, ne se font pas sans une bonne dose de mélancolie chez moi. Cette année c’est venu plus tard parce que novembre en a eu sa claque de novembre et a enfilé un déguisement de printemps (S’il n’en restait qu’un(e) # novembre 2022).

C’était la fête, je ne pensais presque plus que ça allait venir, et puis quand même, c’est venu. Aux premiers jours de décembre. Quand l’angoisse me prend dans sa toile et me serre la poitrine au moment où le soir tombe, on dirait que mon cœur se vide et je voudrais m’enfuir loin.

– T’es trop sensible mon amour, a dit mon mari.

Bah ouais mais si t’es pas sensible, si tu t’en fous des autres, du monde, de la vie, alors à quoi ça sert tout ça hein ?
N’empêche, si j’étais ta fée Clochette sexy paillettes, vraiment, je m’enfuirais. Je partirais pour un pays de soleil, de mer et de lumière. Mais puisque je ne suis pas fée et que le froid dur est là, j’ai demandé autour de moi, comment font les autres. Cette question que je me pose depuis toujours, depuis l’enfance, depuis que j’ai l’âge de m’en souvenir : comment font les autres ?
Pour vivre, pour aimer, pour manger ?

Comme j’ouvrais ma peine d’un mercredi soir tout triste à une cops très proche, elle m’a dit : Continuer la lecture de « Tu fais quoi toi, quand t’es triste ? »