Faire la bringue

Photo : Une soirée ordinaire à la pension Colette, sur l’atoll de Tikehau dans les Tuamotu (Polynésie, janvier 2019).

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent… en Polynésie ?

ΞΞΞΞΞ

 

La première chose qui m’a frappée en arrivant à Tahiti, c’est le tutoiement immédiat.
D’habitude je déteste ça. Je sais, je suis pas cool. Mais j’ai jamais dit que j’étais cool ! Je suis à l’ancienne. Il y a des gens de mon âge que je continue de vouvoyer. Après plusieurs années. Après même une certaine, oserais-je ?, proximité. Voilà. Bon.
Mais ici ça va. L’ambiance paréo, tongs et colliers de fleurs autour du cou Continuer la lecture de « Faire la bringue »

Ka maté ka maté ka !

Photo : Le Chouch devant une sculpture de guerrier maori (Nouvelle-Zélande, décembre 2018).

Quelques éléments que j’ai appris de la culture maorie et de ses racines communes à tous les peuples de Polynésie.

 

Les mythes communs au monde polynésien, dont sont issus les Maoris (Nouvelle-Zélande) et les Maohis (le reste de la Polynésie), racontent comment le demi-dieu Maui aurait pêché l’île du Nord de Nouvelle-Zélande du fond des océans et comment son canoë pétrifié serait devenu l’île du Sud de Nouvelle-Zélande.

D’autres histoires décrivent l’arrivée de Kupe, le premier Maori, depuis Hawaiki, terre sacrée que certains assimilent à l’île de Raiatea. C’est lui qui nomme Aotearoa (« le pays du long nuage blanc ») ce qui deviendra la Nouvelle-Zélande. Et c’est de Raiatea qu’auraient été mises à l’eau Continuer la lecture de « Ka maté ka maté ka ! »

Clean up your mess !

Photo : La vue que j’avais sur le bateau, en revenant des Glowworm Caves à Te Anau (Nouvelle-Zélande, décembre 2018). C’est beau. Mais est-ce que c’est vivant tellement tout est bien rangé ?

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent… en Nouvelle-Zélande ?

ΞΞΞΞΞ

 

Avant d’arriver en Nouvelle-Zélande, j’ai appris, grâce à Hervé dans Cinq barbares en chemin, que c’est le seul pays au monde, avec la France, où les soins médicaux sont entièrement gratuits. Je ne sais pas si c’est encore le cas aujourd’hui mais voilà, ça donne un premier indice. Ici, la santé et la sécurité c’est sérieux.

Il y a une loi dans la constitution néo-zélandaise qui stipule que « chacun est responsable de la sécurité des autres ».
Ça peut sembler une bonne chose de prime abord mais j’ai trouvé que ça prenait parfois des formes un peu tordues… Continuer la lecture de « Clean up your mess ! »

No worries, man !

Photo : J’aurais pu mettre une photo d’un Australien, pour être plus en rapport avec le sujet de cet article, mais à la place j’ai choisi ma plus belle photo en Australie. Le matin à Kennett River, après la nuit où j’ai eu trop peur à cause des koalas

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent… en Australie ?

ΞΞΞΞΞ

 

Quand on est arrivés en Australie, papa Écureuil a dit : « Je trouve que les Australiens ressemblent plus à des Européens, physiquement parlant et dans certaines attitudes, qu’à des Américains. ».
C’est difficile à expliquer parce que ça sonne un peu bizarre dit comme ça, mais je partageais son point de vue. Il y a quelque chose de très britannique chez les gens d’ici. Pas « so british », qui oriente sur Continuer la lecture de « No worries, man ! »

Today I got a million, tomorrow I don’t know

Photo : En se baladant dans Gili Air (novembre 2018).
Le grave séisme du mois d’août a laissé des séquelles, dans les esprits comme dans les maisons. Des parcelles détruites comme celle-ci, on en voit partout sur l’île. Partout les gens reconstruisent, échafaudent et recimentent des murs.

Est-ce ainsi que les hommes vivent… à Bali ?

ΞΞΞΞΞ

 

Le titre de cet article m’a été inspiré par cette chanson.

Parce que quand t’arrives à Bali, tu deviens pour un temps the other Jeffrey Lebowski, the millionnaire ! (à 1 min. 15 de l’extrait vidéo)

Genre tu retires deux millions au distributeur – deux millions ! – et t’as 120 € quoi… Et deux millions, c’est le maximum d’argent que tu puisses retirer, donc si tu prends un chauffeur pour la journée parce que Continuer la lecture de « Today I got a million, tomorrow I don’t know »