Le pays du sans pièce

Photo : C’est aux cascades de Kuang Si, près de Luang Prabang (Laos, mars 2019).
Quand j’ai vu les racines de cet arbre, j’ai tout de suite voulu grimper dessus !

 

  Par le Grand Lièvre.

 

 

Je ne sais pas trop quoi penser du Laos.
J’aime bien ce qu’on fait mais je suis triste aussi de penser aux autres gens qu’on voit et qui n’ont pas d’argent.

Par exemple, j’aime bien compter les boulettes de riz gluant quand on visite les temples bouddhistes. Surtout au temple qui est tout en haut de Luang Prabang, là où on a parlé du collège avec Garance et maman [le temple That Phu Si], parce qu’il y a des boulettes de riz gluant sur toutes les marches pour monter ! Avec Marce, on a compté 211 boulettes.

Mais après, je pense que les moines ils ont que du riz gluant qu’on leur donne à manger. Je leur en ai donné moi aussi le matin où on s’est levés très tôt pour les voir. Mais eux ils doivent tout le temps se lever tôt pour avoir à manger, même les enfants moines qu’on a vus et qui avaient mon âge.

Et c’est tout le temps du riz gluant et le petit gâteau roulé dans une feuille de bananier. Je l’ai pas goûté mais je crois qu’il est pas bon, s’il est à la banane.

Une dame nous a dit que des fois les parents envoient leur enfant pour devenir moine parce qu’il fait des bêtises ou qu’il écoute pas. Après il doit se raser et mettre une robe orange, encore ça, ça va, et marcher pieds nus, ça va, mais aussi il doit se taire, il ne doit plus parler et prier toute la journée, et ça quand même tout le temps c’est dur.
Moi je voudrais pas devenir moine. Même si j’écoute pas, j’ai de la chance que personne va m’obliger.

 

Les moines ils nous regardaient aussi et moi je savais pas quoi penser (c’est moi devant). J’ai pris une boulette de riz gluant dans le panier qu’on avait acheté et je leur ai donné dans leur gamelle de moine quand ils passaient devant moi.

 

Quand on était à Luang Prabang aussi, on est allés aux cascades de Kuang Si.

Contrairement à Nilaveli au Sri Lanka et à Krabi en Thaïlande, l’eau était la plus froide où je me suis jamais baigné ! Enfin, j’avais déjà touché de l’eau plus froide avec ma main, quand on était à l’aquarium d’Auckland en Nouvelle-Zélande et où c’était de l’eau de l’Antarctique. Mais je m’étais pas baigné, c’était juste un trou pour mettre la main, alors que là je me suis quand même baigné dans l’eau de la cascade avec maman, Marcel et Garance. C’était beau l’eau, et il y avait plein de poissons qui venaient nous grignoter les pieds !

On a vu des ours-lune aussi, en vrai, et j’étais content qu’on fasse pas encore une balade où on marche et où on a trop chaud.

Mais sur le chemin pour aller aux cascades, quand on était dans le tuk-tuk, on a vu une maman laotienne qui marchait devant avec un panier sur le dos pour mettre les grains de riz qu’elle ramasse, et derrière elle il y avait un tout petit garçon de peut-être trois ans qui portait un bidon d’eau, et aussi une petite fille qui avait l’âge de Marcel [5 ans] et qui portait une hache sur l’épaule. Ça m’a fait penser à Macknair dans Harry Potter, et aussi dans Les trois brigands. Mais en même temps, ça m’a fait de la peine de voir que les enfants marchent quand il fait chaud et qu’ils doivent porter des choses lourdes.

Ils ne peuvent pas apprendre ce que nous apprenons à l’école parce qu’ils sont obligés de travailler dans les rizières pour rapporter de l’argent et avoir à manger.

 

C’est les cascades de Kuang Si. L’eau était trop froide ! Il y avait des endroits plus beaux mais on n’avait pas le droit de se baigner. D’autres photos ici.

 

En plus, on ne peut pas trouver de pièces par terre pour les donner à des gens pauvres parce qu’il n’y a pas de pièces au Laos. Que des billets. Le plus petit billet c’est 500 kips. Et 500 kips c’est rien, c’est même pas un centime d’euro !

On dit que le Laos c’est le pays du million d’éléphants, moi je dis que c’est plutôt le pays du sans pièce ! Ou du million de pauvres parce qu’il y a plus de pauvres que d’éléphants.  🙁

Un jour dans une rue de Luang Prabang, mais pourtant Luang Prabang c’est beaucoup moins pauvre que plein de villages qu’on a traversés ou même que Vang Vieng, mais quand même à Luang Prabang on est restés longtemps et on a vu un petit garçon pieds nus dans la rue qui portait un énorme sac de riz sur le dos avec la lanière sur le front. Il avait l’air très pauvre et je me suis senti mal parce que je savais qu’on allait aller dans un hôtel de luxe, comme papa nous l’avait dit à nous trois, Garance, Marcel et moi, en secret.

 

C’est une école dans un village où on s’est arrêtés sur le bord du Mékong. Ça me rend triste de voir cette photo parce qu’il y avait beaucoup d’enfants et ça se voyait qu’ils étaient tous très pauvres.

 

Pour l’anniversaire de maman, on a fait deux nuits dans un hôtel méga luxe. C’était super !
Garance, Marce et moi on avait une grande chambre séparée pour nous tout seuls où on était tranquilles. Et on n’a pas eu peur la nuit parce que c’était très calme et papa a laissé la lumière allumée en dessous les lavabos, au cas où, si on voulait aller aux toilettes ou sortir dehors pour aller dans la chambre de papa et maman.

Mais ce que j’ai préféré de tout, c’est la grande piscine avec le flamant rose en bouée, et les arbres du voyageur au bord de la piscine qui étaient trop beaux.

Le matin quand on prenait notre petit-déjeuner, il y avait un lapin qui ressemblait à un grand lièvre comme moi. On lui a donné des carottes à manger et il fallait tenir très fort la carotte parce qu’on sentait qu’il arrachait des gros bouts avec ses dents. On l’a même caressé un peu mais il aimait pas trop. J’ai pensé qu’il a tout ce qu’il veut à manger et qu’il est bien tranquille ici comme nous. Le soir il peut courir dans les jardins, et la journée il peut dormir à l’ombre. Sa vie, elle est belle.

 

C’est le lapin qu’on voyait le matin dans l’hôtel méga luxe ! J’ai trop aimé quand je lui ai donné à manger.

 

Lucien

 

Est-ce que vous avez déjà vu des lapins en liberté ?