My let-it-go running playlist

Photo : Punky Brewster. J’adorais cette série !
Continue d’avancer vers qui tu veux être. Le reste, ce qui te diminue, ce qui te fait perdre ta lumière, laisse tomber. Passe à côté.

 

Je vous ai assommés avec une dépression de saison jeudi dernier. Il fallait que je me rattrape avec ma solution : COURIR.
Courir puis écrire, écrire puis courir.

Si je laissais entrer encore un peu de poésie dans ma vie, je dirais : courir pour se kidnapper.
Mais bon, ça va la poésie. C’est comme la pluie : maintenant que je n’ai plus (depuis vingt ans) les yeux cernés de noir charbon et les lèvres peintes au violet foncé comme les ongles, c’en ai fini du romantisme gothique autour de la souffrance et de la mélancolie. À bas la pluie !

Ma copine Adeline, la Petite Souris, ma filleule Alice (cochez la bonne case, attention plusieurs réponses possibles) me chantent que :

Le spleen n’est plus à la mode, c’est pas compliqué d’être heureux
C’est simple : sois juste heureux. Si tu l’voulais, tu le s’rais !
(Angèle feat. Roméo Elvis, Tout oublier)

Et c’est vrai qu’aujourd’hui (depuis la fin des porte-clés tête de mort accrochés aux Dr. Martens, c’est-à-dire un aujourd’hui qui date d’il y a longtemps), je ne supporte plus l’hiver et le froid.
J’ai besoin de soleil, de lumière et de joie.

J’ai besoin d’ouvrir mes poings et de sentir mon corps tout entier se décrisper. Abandonner ce qui ne me nourrit plus assez, envoyer chier ce qui doit l’être, nettoyer et faire de la place pour accueillir les belles choses à venir.

Alors…

Arrête de ruminer ce que tu ne peux plus changer, ferme les yeux, respire profondément, lâche ton PUTAIN DE MENTAL qui t’enferme dans la peur et la souffrance, et ouvre-toi. Écoute la musique qui est là, juste là en dessous, vas-y clique sur le petit triangle, tu peux lire en même temps… et vas-y, commence à bouger ton corps… vas-y… secoue la tête, remue tes hanches, tape du pied… sens le mouvement te parcourir, ton intuition écoutée, la joie qui monte, ton cœur reconnaître enfin ce qui est bon pour lui, l’amour pur, simple, qui le remplit… vas-y… danse… cours… crie…

T’es une guerrière ou t’es pas une guerrière ?!

 

Clip vidéo : Master KG, Jerusalema (feat. Nomcebo), album « Jerusalema », 2019.

Pour vous… et pour Marloudoudou ♥

 
My let-it-go running playlist (1h19)

En playlist sur notre chaîne YouTube ici :
https://www.youtube.com/playlist?list=PL4jhWDuXjI_Vgkya09yRhsgBkjEeoP18d

 

  1. Synapson, Djon Maya Maï Remix (feat. Victor Démé)
  2. Amadou & Mariam, Sabali Remix (feat. Theophilus London)
  3. Master KG, Jerusalema (feat. Nomcebo)
  4. Wankelmut, One day (Reckoning Song) Remix ( Asaf Avidan* & The Mojos)
  5. Gorillaz, bonus track resamplé de Clint Eastwood
  6. Gorillaz, Dare
  7. Mika, Relax (take it easy)
  8. Mary J. Blige, Family Affair
    → Une spéciale dédicace pour les meufs de Nanterre, I love you so…  🙂
  9. Tina Turner, Simply the best
  10. Depeche Mode, Just can’t get enough
  11. Eels, Not ready yet
  12. Arcade Fire, Wake up
  13. Charlotte Cardin, Main Girl
  14. Alanis Morissette, Reasons I drink
  15. Sick Puppies, All the same
    → Celle-là c’est si vous voulez un câlin gratuit… Free hugs ici !
  16. Avicii, Wake me up
  17. Sia, Cheap Thrills
  18. Dirty Dancing, Hungry eyes
  19. The Contours, Do you love me ?
  20. Aventura, Obsesión (feat. Judy Santos)

 

* Avez-vous entendu Asaf Avidan parler (magnifiquement) de cœur brisé et d’anagnorisis chez Augustin Trapenard vendredi dernier ? Non pas que je sois fan d’Augustin hein, non mais c’est parce que j’avais un rendez-vous juste après l’heure de « Boomerang » ce matin-là, comme de par hasard, et l’autoradio s’est allumé tout seul quand j’ai mis la clé de contact, c’est pour ça…
D’ailleurs j’avoue, ignorante d’Aristote que je suis, l’anagnorisis avant vendredi dernier, je ne savais même pas ce que c’était. Imagine ma pauvre vie sans Augustin !

https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-02-octobre-2020

 

 

*****

 

Et vous, sur quoi vous courez (pas APRÈS quoi, SUR quoi) ?
À quels stratagèmes vous recourez pour obliger votre mental à lâcher ?

 

 

Pour vous aider à publier votre commentaire exutoire, voici la marche à suivre :

1/. À la fin de chaque article, sous l’encadré qui vous dit « Participer à la discussion », cliquez sur le D blanc dans une bulle bleue (D pour Disqus).

2/. Une nouvelle fenêtre s’ouvre : cliquez sur « Besoin d’un compte ». Remplissez les trois rectangles avec votre nom, votre adresse mail et un mot de passe, cochez « je ne suis pas un robot » et les trois petites cases « I agree », cliquez sur « sign up » (ou « connexion », ça dépend des fois), et voilà !
La prochaine fois, vous n’aurez plus qu’à renseigner votre mail et votre mot de passe avant d’écrire votre commentaire sur Disqus, ce sera encore plus facile !