Hey you

 

Hey you, Pink Floyd ce matin.
J’ai réentendu cette chanson un matin par hasard chez Augustin.

Ça n’aurait pas dû me faire trembler parce que bon, c’est pas comme si je ne la connaissais pas, je veux dire, c’est pas comme si Pink Floyd n’était pas, avec les Doors, les Creedence, les Beatles et Janis Joplin, un des éléments fondateurs de mon couple avec Mickaël, c’est pas comme si on n’avait pas TOUS les albums de Pink Floyd à la maison, c’est pas comme si je découvrais la chanson, là, pour la première fois. Et pourtant…
Je l’ai entendue comme jamais je ne l’avais entendue auparavant et ça m’a fait pleurer d’émotion, là comme ça sur mon volant, un vendredi matin en allant faire des courses.

Hey you
Don’t tell me there’s no hope at all
Together we stand, divided we fall

Je voudrais la chanter pour vous aujourd’hui. Comme un cadeau, une passerelle.

 

 

 

Pink Floyd, Hey you, album « The Wall », 1979.

Hey you
Out there in the cold
Getting lonely, getting old
Can you feel me ?
Hey you
Standing in the aisle
With itchy feet and fading smile
Can you feel me ?
Hey you
Don’t help them to bury the light
Don’t give in without a fight

Hey you
Out there on your own
Sitting naked by the phone
Would you touch me ?
Hey you
With your ear against the wall
Waiting for someone to call out
Would you touch me ?
Hey you
Would you help me to carry the stone ?
Open your heart, I’m coming home

But it was only fantasy
The wall was too high, as you can see
No matter how he tried he could not break free
And the worms ate into his brain

Hey you
Out there on the road
Always doing what you’re told
Can you help me ?
Hey you
Out there beyond the wall
Breaking bottles in the hall
Can you help me ?
Hey you
Don’t tell me there’s no hope at all
Together we stand, divided we fall

 

Piste audio : Pink Floyd, Hey you, album « The Wall », 1979.

 

*****

 

Vous aussi, il y a des chansons sur lesquelles vous retombez plus tard, un matin par hasard, et elles prennent tout à coup un autre sens ?