Pastille sexe #2 : Consent is sexy (and required)

Illustration de Diglee dans « Baiser après #MeToo – Lettres à nos amants foireux » (p.50).

 

Tout l’été, je vous propose ce que j’ai appelé des « pastilles sexe », comme un peu le pratiquaient les magazines féminins à une époque où je faisais les spécial tests sur la plage. Je ne sais pas pourquoi dans ce type de magazines les dossiers sexualité c’est toujours l’été, à croire que dès la rentrée tu poses à toi et à ton mari (ta femme) une ceinture anesthésiante, et allez salut, on se revoit en avril !
Enfin, je vais pas commencer à m’énerver…

L’idée de mes pastilles sexe, c’est de proposer une piste de réflexion à partir de ce que je lis et entends sur les rapports hommes / femmes et les relations amoureuses hétérosexuelles. Le tout dans un article court – d’où la pastille – avec le présupposé que personne l’été n’a envie de passer du temps seul(e) sur son ordi mais que ce sont d’excellents sujets à discuter entre amis. Et avant tout en couple, bien sûr.

Je sais qu’il y a aussi des préados qui aiment me lire – coucou les filles, je vous fais un cœur avec les mains ♥ – donc je précise que ces pastilles sexe de l’été ne nécessitent pas de contrôle parental comme sur Snapchat et qu’elles peuvent tout à fait être lues et discutées avec des préados. Voire avec des enfants comme chez nous, je me souviens très bien d’une conversation sur le porno l’été dernier en Grèce avec mes enfants qui avaient alors 7, 9 et 11 ans… mais évidemment ça dépend si vous êtes à l’aise sur ces sujets ou pas.  😉

Lisez, réfléchissez, discutez-en à plusieurs et interrogez-vous : c’est comme ça qu’on fait avancer nos représentations ! Continuer la lecture de « Pastille sexe #2 : Consent is sexy (and required) »

Pastille sexe #1 : Le fond du problème

Illustration de Diglee dans « Baiser après #MeToo – Lettres à nos amants foireux » (p.110).

 

Tout l’été, je vous propose ce que j’ai appelé des « pastilles sexe », comme un peu le pratiquaient les magazines féminins à une époque où je faisais les spécial tests sur la plage. Je ne sais pas pourquoi dans ce type de magazines les dossiers sexualité c’est toujours l’été, à croire que dès la rentrée tu poses à toi et à ton mari (ta femme) une ceinture anesthésiante, et allez salut, on se revoit en avril !
Enfin, je vais pas commencer à m’énerver…

L’idée de mes pastilles sexe, c’est de proposer une piste de réflexion à partir de ce que je lis et entends sur les rapports hommes / femmes et les relations amoureuses hétérosexuelles. Le tout dans un article court – d’où la pastille – avec le présupposé que personne l’été n’a envie de passer du temps seul(e) sur son ordi mais que ce sont d’excellents sujets à discuter entre amis. Et avant tout en couple, bien sûr.

Je sais qu’il y a aussi des préados qui aiment me lire – coucou les filles, je vous fais un cœur avec les mains ♥ – donc je précise que ces pastilles sexe de l’été ne nécessitent pas de contrôle parental comme sur Snapchat et qu’elles peuvent tout à fait être lues et discutées avec des préados. Voire avec des enfants comme chez nous, je me souviens très bien d’une conversation sur le porno l’été dernier en Grèce avec mes enfants qui avaient alors 7, 9 et 11 ans… mais évidemment ça dépend si vous êtes à l’aise sur ces sujets ou pas.  😉

Lisez, réfléchissez, discutez-en à plusieurs et interrogez-vous : c’est comme ça qu’on fait avancer nos représentations ! Continuer la lecture de « Pastille sexe #1 : Le fond du problème »

La détox de juillet

 

Comme je vous l’annonçais dans mon premier article de l’année (relisez-le, j’ai tout donné pour celui-là ; mes prochains articles ne seront que succédanés à faible densité nutritionnelle !), je vous propose de célébrer les 3 ans d’existence de mon blog par un rappel des articles parus le même mois pour chaque année écoulée.

 

Quand je pense juillet, je pense vacances, calme, échappées, improvisation et longues soirées d’été.

Mon temps de juillet est libre et sans autres contraintes que celles que je me fixe. Depuis quelques années que Mickaël travaille et que les enfants partent en vacances avec ma mère, il est mon temps retrouvé.

Je me retrouve seule dans une maison étrangement silencieuse, rangée ou non (en ce moment non), et je fais ce qui me plaît, je vois qui j’ai envie si possible sans enfants. Je peux choisir chaque matin, comme quand j’étais petite, ce que je veux vivre dans ma journée. J’adore le mois de juillet.
D’habitude.

Mais l’année dernière j’ai passé un mois de juillet pourri
Et cette année j’en ai marre
Marre des cases, de tout ce qu’il faut taire dans un tiroir
Marre de me sentir comme une fleur flétrie. Continuer la lecture de « La détox de juillet »

Le cœur (et les couilles) sur la table

 

Aujourd’hui les amis, c’est partage de (très) bons podcasts.
Parce que j’ai adoré « Les couilles sur la table », et maintenant je crois que j’aime encore plus « Le cœur sur la table » ! Tellement, que ça fait des mois que je me dis qu’il faut que je vous en parle. En vérité j’en parle à tous les gens que j’aime, de vive voix, autour d’un café clandé ou d’un rhum arrangé, de vifs textos, écoute ça, nan mais vraiment écoute !

Mais écrire un article c’est autre chose. Écrire c’est chercher plus loin, écrire c’est donner du temps, et le temps c’est, avec l’amour, ce qu’on a de plus précieux…

Or « Le cœur sur la table » vient vous parler d’amour.
« Le cœur sur la table » est un podcast enthousiasmant pour toute personne qui s’intéresse un tant soit peu à toutes les questions liées à l’amour. Imagine quand l’amour est le centre de ta vie (newsletter 83 # 20 juin 2021), comment tu es enthousiaste !  🙂 Continuer la lecture de « Le cœur (et les couilles) sur la table »

Se faire printemps

 

Ce matin je changeais des trucs dans la barre de droite de mon blog et je me suis fait la réflexion que c’était étonnant quand même toutes ces photos de fleurs ici. Dans la barre de droite mais aussi en tête d’article, sur la bannière de juin… pour quelqu’un qui a pris l’habitude de dire, depuis de longues années, non mais moi les fleurs non, vraiment non.

Et puis y’a pas que le blog. Lundi matin, au moment où je me réveillais, j’ai reçu cette photo de fleur de pavot que je partage avec vous en tête de l’article que vous êtes en train de lire.
Elle était accompagnée de ce texte :

Le petit prince, qui assistait à l’installation d’un bouton énorme, sentait bien qu’il en sortirait une apparition miraculeuse, mais la fleur n’en finissait pas de se préparer à être belle, à l’abri de sa chambre verte. Elle choisissait avec soin ses couleurs. Elle s’habillait lentement, elle ajustait un à un ses pétales. Elle ne voulait pas sortir toute fripée comme les coquelicots. Elle ne voulait apparaître que dans le plein rayonnement de sa beauté. Eh ! oui. Elle était très coquette ! Sa toilette mystérieuse avait donc duré des jours et des jours. Et puis voici qu’un matin, justement à l’heure du lever du soleil, elle s’était montrée.

C’est dans Le Petit Prince, de Saint-Exupéry, un court passage du chapitre VIII. Continuer la lecture de « Se faire printemps »